Presse néerlandaise du vendredi 24 juin 2016

Trouw : Beaucoup de bruit autour du bonus pour une agence de services d’aide à la personne.
De Volkskrant : L’achat en commun de médicaments.
AD Haagsche Courant : Les filles sont meilleures dans les filières scientifiques.
De Telegraaf : Des vidéos de casseurs suscitent la colère.
Het Financieele Dagblad : B-day à Londres : de la pluie et une nuit blanche.
NRC Handelsblad : Referendum GB : Avec sa tête on vote pour rester - Avec le cœur on vote pour un Brexit.

* * *

Brexit

Alors que la version papier du FD évoque encore en première page un sondage selon lequel 52% des Britanniques seraient en faveur de rester dans l’UE et 48% pour un Brexit, la presse en ligne relève les premières réactions politiques après le vote des Britanniques en faveur d’un Brexit :

- Membres du gouvernement : Dans le cadre de présidence néerlandaise de l’UE, le Premier ministre Mark Rutte s’est rendu ce matin à Bruxelles où il rencontre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président de l’UE Donald Tusk et le président du Parlement européen Martin Schulz. La ministre Lilianne Ploumen a pris contact ce matin avec le président du syndicat patronal VNO-NCW pour organiser rapidement des concertations avec les entreprises. Le patronat a fait savoir dans une première réaction que les entreprises néerlandaises respectent le choix des britanniques de quitter l’UE mais qu’il a lui-même beaucoup de confiance en l’Union européenne. Pour Jeroen Dijsselbloem ce matin « les Britanniques ont fait le choix de l’incertitude. Nous ne devons pas faire le même choix. L’instabilité est la dernière chose dont on a besoin actuellement dans la zone euro ». En tant que président de l’Eurogroupe, Dijsselbloem a évoqué « l’intérêt commun d’organiser le Brexit d’une façon contrôlée ». Il a ajouté que « son agenda de l’Eurozone ne change pas » et s’est dit être « déterminé à continuer la reprise économique ».
- Partis politiques : Les partis PVV et VNL ont accueilli le choix d’un Brexit avec enthousiasme. Wilders a appelé dans une réaction sur twitter à « organiser maintenant un référendum néerlandais ». Pour le député VVD Anne Mulder, le choix de la population britannique pour un Brexit aura des conséquences importantes pour l’économie et la géopolitique : « Les Pays-Bas perdent un allié précieux pour les négociations, et notre économie risque d’en souffrir (…) je pense qu’il y aura maintenant beaucoup de discussions dans toute l’Europe sur l’Union européenne. Mais il n’y aura pas de ’Nexit’. Les Pays-Bas ne veulent pas quitter l’UE mais une autre UE ». La députée PvdA Marit Maij qualifie le vote de « décevant » et « mauvais pour la Grande-Bretagne. Nous avons besoin l’un de l’autre ». Le député D66 Kees Verhoeven estime que le Royaume Uni doit « quitter le plus rapidement possible l’UE. L’union européenne doit se réinventer et changer ». Député SP Van Bommel estime que les résultats du référendum démontrent la nécessité d’une autre Europe : « si nous ne faisons rien avec l’euroscepticisme grandissant, il y aura un effet domino et l’Europe risque de s’effriter », tout en ajoutant « ce que je ne souhaite pas d’ailleurs ».
- Organisations professionnelles : Pour le président du syndicat patronal VNO-NCW Hans de Boer sur BNR Radio, les Pays-Bas doivent maintenant voir où il y a des opportunités à prendre après le Brexit. Le président de la NVB (association néerlandaise des banques) Chris Buijink a déclaré être déçu (…) nous devons maintenant continuer d’améliorer l’Union européenne et installer une nouvelle bonne coopération avec le Royaume Uni qui est, après l’Allemagne, notre partenaire le plus important ». L’organisation TNL (transport et logistique Pays-Bas) appelle la Grande-Bretagne a conclure rapidement des accords avec l’UE afin d’enlever l’incertitude que ressentent les entreprises et les clients. Les fédérations des transporteurs EVO et des exportateurs Fenedex ont l’intention de se mobiliser pour la mise en place rapide d’un nouvel accord commercial avec le Royaume Uni. http://fd.nl/economie-politiek/1157535/werkgevers-keep-calm-and-carry-on

A signaler

- Le Volkskrant retient que la grève des pilotes EasyJet, prévue pour ce vendredi, a été annulée. (p17)
- L’AD retient que « des centaines de réfugiés syriens et irakiens souhaitent quitter les Pays-Bas ». 320 réfugiés syriens sont partis ce premier semestre ainsi que 80 réfugiés irakiens. Le quotidien explique que ces réfugiés sont déçus. Ils estiment qu’ils ne reçoivent pas assez d’aide. Ils doivent parfois attendre deux ans avant de pouvoir faire venir leur famille. (p15)
- Le Telegraaf note que les transporteurs néerlandais craignent des problèmes à cause du nouveau smic pour les camionneurs qui entre en vigueur au 1er juillet 2016. Selon l’organisation professionnelle Transport en Logistiek Nederland, ces nouvelles règles s’appliquent également aux conducteurs de camion étrangers qui risquent de fortes amendes. (p21)

La France dans la presse néerlandaise

- Le Volkskrant consacre un grand article aux manifestations contre l’ aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

PDF - 82.2 ko
Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad(financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad(centre – 199.000 ex.)
Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL.

Rejoignez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/france.paysbas/

Dernière modification : 08/07/2016

Haut de page