Presse néerlandaise du vendredi 2 septembre 2016

Trouw : Le plan gouvernemental de réduction de CO2 ne suffit pas.
De Volkskrant : Egalement des substances toxiques à l’usine de Dupont à Kerkrade.
AD Haagsche Courant : Des fraudes avec les dons pour la Syrie.
De Telegraaf : Des casses « à la James Bond ».
Het Financieele Dagblad : « L’Etat doit se mobiliser pour Tata Steel ».
Het NRC Handelsblad : Trump veut être homme d’état et populiste.

* * *

Politique climatique

Le Trouw note en Une que les mesures climatiques du gouvernement ne vont pas assez loin. La fermeture d’une ou deux nouvelles centrales au charbon (Engie et RWE) semble indispensable pour pouvoir respecter la décision du tribunal de La Haye dans l’affaire Urgenda, qui a demandé à l’Etat néerlandais de réduire les émissions de gaz de serre d’au moins 25% d’ici 2020 par rapport à 1990 [RdP du 25/06/2015]. C’est la conclusion du rapport établi par l’agence CE Delft sur la demande de l’European Climate Foundation et d’Eneco. Pour l’agence CE Delft, c’est la mesure la moins onéreuse. D’autres mesures alternatives, comme l’augmentation du litre d’essence ou l’augmentation des prix d’énergie seraient trop défavorables pour la population : de 50 à 80 euros par an par foyer contre 30 euros annuels par foyer pour la fermeture d’une ou deux centrales au charbon. Le quotidien rappelle que l’Etat néerlandais a fait appel de la décision du tribunal mais qu’il souhaite quand-même respecter la décision du juge.

Brexit / Union européenne / Pays-Bas

La chaîne publique d’actualités NOS relève que, selon Herman Matthijs de l’Université de Gand, le Brexit coûterait environ 13 milliards d’euros à l’Union européenne. Cela reviendrait à un montant supplémentaire de 750 millions d’euros si les Pays-Bas devaient en payer 5%. La chaîne note sur son site que presque tous les partis à la Deuxième Chambre refusent de payer plus à Bruxelles pour compenser le départ du Royaume-Uni. Même D66, le parti le plus pro-européen, estime que la réduction de l’Union européen signifie aussi une réduction du budget européen. Anne Mulder du VVD souligne que le Royaume Uni veut maintenir son accès au marché libre européen et qu’il devra de ce fait payer pour cela : « si après cela il reste une carence, Bruxelles devra faire des économies ». Marit Maij du PvdA est du même avis. Le SP, de son côté, souligne que Bruxelles reçoit déjà trop d’argent. http://nos.nl/artikel/2129415-brexit-dreigt-nederland-750-miljoen-euro-extra-eu-bijdrage-te-kosten.html ; http://nos.nl/artikel/2129423-kamer-wil-niet-betalen-voor-brexit.html

A signaler

-  Le Volkskrant note en Une qu’un nouveau scandale touche l’usine DuPont. Pendant des décennies, des employés ont été exposés à la DMAc utilisée pour la confection de lycra alors que la direction de l’usine de Kerkrade connaissait depuis 1986 les risques de santé encourus. Le quotidien rappelle qu’une enquête est déjà en cours sur les émissions de PFOA de l’usine à Dordrecht. 33 anciennes employées de l’usine de Dordrecht ont eu des bébés mort-nés ou de fausses couches. (Vk p1, p10-11)
-  Ebru Umar : Le Telegraaf publie un entretien avec la journaliste néerlandaise turque Ebru Umar qui, depuis 2005, a repris la chronique hebdomadaire de Theo van Gogh dans Metro. Le 23 avril 2016 elle a été arrêtée en Turquie suite à un tweet dans lequel elle avait insulté Erdogan. Mardi, son procès sera ouvert au tribunal de Kudasi pour avoir insulté Erdogan, le prophète Mahomet et Atatürk. ( Tg 1-3)
-  GroenLinks a demandé à son conseiller municipal néerlandais turc Ilhan Tekir à Gorinchem de partir suite à son article dans le Volkskrant dans lequel il témoigne de sa sympathie pour le parti AKP d’Erdogan. Pour Marjolein Meijer, présidente de GroenLinks, l’idéologie de GroenLinks est diamétralement opposée à celle de l’AKP.
-  L’AD évoque en Une les préoccupations de Save the Children et Stichting Vluchteling à l’égard d’ententes illicites de sociétés turques sur des prix de matériel d’aide pour la Syrie.
-  Dans une lettre adressée au FD, la présidente de l’organisation patronale FME, Dezentje Hamming-Bluemink, s’inquiète du possible rachat de Tata Steel Pays-Bas par la société allemande Thyssen-Krup. Dans sa lettre, la présidente de la FME appelle l’Etat néerlandais à intervenir « comme le feraient l’Allemagne, la France ou d’autres Etats ».

La France dans la presse néerlandaise

-  Dans le cadre de la nouvelle saison de la série de télévision Chef’s Table, le Volkskrant s’est entretenu avec deux chefs étoilés : Adeline Grattard et Alain Passard (V10-V11)
-  Le correspondant du Volkskrant observe que l’appel à une extension radicale de la laïcité en France augmente actuellement : « des politiques comme Sarkozy ou Le Pen visent non seulement une séparation de l’Eglise et de l’Etat mais également une séparation de l’Eglise et de la Société, ou plutôt : de la Mosquée et de la Société (…) (p12)

PDF - 85.7 ko
Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad(financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad(centre – 199.000 ex.)
Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL.

Rejoignez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/france.paysbas/

Dernière modification : 02/09/2016

Haut de page