Presse néerlandaise du lundi 27 février 2012

Trouw (chrétien progressiste) : Aucun Syrien ne croit encore à une résistance pacifique.

De Volkskrant (centre gauche) : Les policiers doivent utiliser leur arme plus rapidement.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Une lycéenne tuée par un ancien « TBS » [criminel mis sous tutelle pénale].

De Telegraaf (populaire) : La grève des enseignants représente une perte financière pour les parents.

Het Financieele Dagblad  : Rabobank : les maisons sont 10% trop chères.

* *

AFFAIRES EUROPEENNES

Grèce

« Des patrons grecs prennent la défense de leur pays », titre le Volkskrant ce matin. « Les Grecs qui travaillent dur et qui paient leurs impôts en ont assez de se faire qualifier de profiteurs de la zone euro. » Le Volkskrant se réfère à la lettre signée par un groupe d’hommes d’affaires grecs et envoyée à différents journaux d’affaires américains et ouest-européens. L’article est accompagné de la traduction néerlandaise de cette lettre. Un porte-parole des hommes d’affaires explique au quotidien qu’ « avec cette campagne, ils demandent de la compréhension pour les progrès réalisés en Grèce depuis le début de la crise de la dette : ‘A la demande de l’Europe, le peuple grec a fait beaucoup de sacrifices dans le domaine de l’emploi, des salaires et des retraites. Nous ne voulons pas que ces sacrifices soient vains’. »
Dans ce contexte, L’AD publie dans son édition de samedi une interview de Martin Visser, économiste et correspondant du Financieele Dagblad à Bruxelles, à l’occasion de la récente publication de son livre sur la crise de l’euro. Martin Visser déplore l’approche des leaders politiques européens. A propos du ministre des Finances néerlandais, Jan Kees de Jager, il explique : ‘le ministre était partisan de la ligne dure et exigeait de plus en plus de l’Europe du Sud. Il voulait aussi faire saigner les banques. Pour obtenir le soutien de l’opposition d’une part, mais aussi parce qu’il savait qu’une telle prise de position le rendrait prodigieusement populaire. Ensemble avec Merkel, il n’a fait qu’aggraver les choses’. Rétrospectivement, il faut reconnaître que beaucoup d’idées néerlandaises font désormais partie de la politique européenne. » A propos de la Grèce, Martin Visser constate que « cette semaine, (ce pays) a été temporairement sauvé. Mais l’issue sera bien entendu dramatique. Le pays est poussé vers une récession avec les réductions budgétaires et je ne vois pas De Jager contribuer à une troisième opération de sauvetage. »

ACTUALITE INTERIEURE

PvdA

Une quatrième candidature à la succession de Job Cohen à la tête du groupe parlementaire travailliste est connue depuis le week-end. La numéro 2 de la liste électorale de 2010, Nebahat Albayrak [secrétaire d’Etat à la Justice du gouvernement Balkenende IV, 2007-2010] veut faire en sorte que « le groupe parlementaire fonctionne mieux et retrouve un visage. Il est rempli de talents et d’idées. Le parti m’a placée en deuxième position aux élections législatives de 2010. Cela permet de revendiquer un rôle de leader, mais surtout, cela donne une responsabilité. J’ai déjà fait la preuve de mes capacités d’écoute, de travail en équipe, j’ai montré que je suis capable de prendre des décisions et de les appliquer. Je trouve également important qu’une femme pose sa candidature ». (VK p9)

Sondage

L’AD note que selon l’institut Maurice de Hond, les changements au PvdA ont « rapporté 2 sièges à ce parti, qui obtiendrait 16 sièges en cas d’élections. Le PVV a en revanche perdu 2 sièges dans ce sondage, passant ainsi à 22. Le VVD est crédité de 32 sièges (+1), le CDA de 12 (stable), le SP de 32 (-1), le D66 de 17 (stable) et GroenLinks de 7. La coalition (VVD, CDA) et le parti de soutien PVV totaliseraient 66 sièges (sur 150).

PVV

Le Volkskrant de samedi consacre un grand article à l’évolution de la relation entre Geert Wilders et les médias. Depuis que Geert Wilders a quitté le groupe VVD à la Deuxième Chambre pour fonder son propre groupe en 2004, explique Sterre Lindhout, « une relation d’amour-haine s’est installée entre lui et les médias. (…) Wilders est l’homme qui ne donne jamais d’interviews, son parti ne participe à aucun débat, mais depuis son bastion dans une aile du parlement, il domine l’actualité à coups de « tweets ». (…) Wilders est passé maître dans l’art du timing et du suspens. (…) L’impact de sa communication sélective est renforcé par le silence de la majorité de ses députés. (…) Le PVV a tout intérêt à entretenir le mythe de la guerre permanente avec les médias. (…) Les journalistes se sentent mis hors jeu par Wilders, puisque celui-ci communique directement avec ses électeurs. Beaucoup se demandent comment réagir à la méthode de communication du PVV, s’ils doivent se faire le véhicule de sa propagande ». Toutefois, depuis janvier 2012 « les journalistes de La Haye et les spécialistes en médias observent un changement. Depuis que le PVV baisse dans les sondages et doit céder des points au SP [parti socialiste radical], Wilders et ses députés se sentent obligés de s’expliquer davantage. Le 24 janvier, Geert Wilders répondait aux questions de Frits Wester dans une émission spéciale sur RTL4. C’est la première fissure dans l’intransigeance du PVV vis-à-vis des médias, estime ce journaliste. Geert Wilders était de nouveau sur RTL4 la semaine dernière, jeudi 23 février. »

Prince Johan Friso

Tous les médias du week-end ont fait état de la conférence de presse tenue vendredi à Innsbruck en Autriche par le spécialiste soignant le Prince Johan Friso depuis son accident de ski. Les derniers examens ont « fait apparaître que le manque d’oxygène subi par le cerveau du patient a causé des dommages importants. Il n’est pas certain qu’il reprenne conscience » (bulletin de santé publié en trois langues sur le site Internet de la Maison Royale :
http://www.koninklijkhuis.nl/nieuws/nieuwsberichten/2012/februari/zijne-koninklijke-hoogheid-prins-friso-24-februari-2012-1310/ )

AFFAIRES ECONOMIQUES

Agences d’intérim véreuses

Le Volkskrant évoque la volonté de Rotterdam « d’imposer une licence pour les agences d’intérim. Selon des estimations, environ 1.000 agences d’intérim avec des pratiques douteuses sont installées dans cette ville. Elles ne versent pas de contributions sociales et exploitent de la main d’œuvre venant d’Europe de l’Est. Pour l’adjoint au maire travailliste Hamit Karakus, il s’agit d’esclavage moderne, mais la commune n’arrive pas à maîtriser la situation. » Le Volkskrant rappelle que « La commission parlementaire LURA avait évalué le nombre d’agences d’intérim véreuses installées aux Pays-Bas à 5.000 ou 6.000. Elles seraient actives dans les secteurs de l’agriculture et de l’horticulture, du bâtiment, du nettoyage et de la viande. Ces agences fonctionnent comme intermédiaires pour 100.000 personnes, pour la plupart originaires d’Europe de l’Est ou centrale, parmi lesquelles se trouveraient 15.000 illégaux. » Le quotidien note que « la Deuxième Chambre organise cette semaine des débats avec le Ministre des Affaires sociales libéral, Henk Kamp, sur ce sujet. Celui-ci n’est pas en faveur de l’obligation d’une licence. Il souhaite plutôt introduire une obligation d’enregistrement.

Demandeurs d’emploi

Sous le titre « L’expression ‘ne pas vouloir travailler’ n’existe pas dans mon dictionnaire », l’AD publie un grand entretien avec le Secrétaire d’Etat aux Affaires sociales (VVD), M. De Krom. « De toute évidence, le Secrétaire d’Etat n’ambitionne pas un prix de popularité. Après avoir reçu des tonnes de critiques en raison des réductions budgétaires qui touchent les ateliers sociaux et les jeunes handicapés, il introduit maintenant l’obligation de postuler. La devise du gouvernement est ‘Travaillez ou coopérez. Sinon vous perdez vos allocations’. » Sur la même page, sous le titre « Déjà des milliers de sanctions par an pour une attitude non adaptée », l’AD consacre un article aux données de l’UWV (pôle emploi) sur ces sanctions, « par exemple une diminution des allocations chômage imposée aux demandeurs d’emploi qui n’ont pas retrouvé un travail en raison de leur attitude, de leurs exigences ou d’autres facteurs. En 2010, 5.800 chômeurs ont été ainsi sanctionnés. »

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Les journaux font part du décès du trompettiste Maurice André.
- L’AD annonce que l’entreprise néerlandaise Royal Eijsbouts va couler le petit bourdon de Notre-Dame.
- Le FD rend compte de la visite au salon de l’Agriculture des candidats à l’élection présidentielle.

Le compte Twitter de l’ambassade est désormais ouvert sous le nom www.twitter.com/FranceinNL. Celui-ci vous permet de suivre l’actualité immédiate de la présence française aux Pays-Bas sous tous ses aspects.
Et toujours le site internet de l’ambassade : http://www.ambafrance-nl.org.
Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 27/02/2012

Haut de page