Point sur la modernisation du dispositif français à Amsterdam [nl]

De longue date, la France a décidé de vendre l’Hospice wallon qui abrite les locaux de notre Consulat général à Amsterdam et de l’Institut Français des Pays-Bas. Ce bâtiment ne répond plus aux besoins de la France dans la capitale néerlandaise, ni ne renvoie, dans son état actuel, une image satisfaisante de notre pays. De même, dans le monde ouvert qui est le nôtre, l’intérêt de la France est que l’argent public soit dépensé à stimuler les contacts entre les acteurs de notre relation culturelle plutôt qu’à la remise en état d’un bâtiment.

De surcroît, la cession de cette propriété de l’Etat français ne s’accompagnera d’aucun désengagement de la France :
- les services du Consulat général seront relocalisés à Amsterdam, dans des locaux plus accueillants pour le public et plus sûrs. Il en résultera une amélioration de la qualité du service pour les usagers et des conditions de travail pour les personnels ;
- l’action d’influence de la France aux Pays-Bas sera adaptée à une ville et à un pays où l’offre culturelle de haut niveau doit d’abord nous inciter à favoriser les partenariats entre institutions françaises et néerlandaises. L’argent public sera principalement investi dans des actions concrètes, alors qu’il sert trop, aujourd’hui, à financer des frais de structure. Il en découlera une action plus dynamique, plus adaptée et plus efficace au service des relations culturelles entre la France et les Pays-Bas, comme de la francophonie.

Ces changements seront conduits en totale transparence avec les élus et les personnels concernés. Les projets de l’ambassade ont déjà fait l’objet de plusieurs réunions avec les conseillers consulaires et dans le cadre du dialogue social.

Au total, la cession de l’Hospice wallon devrait s’accompagner d’une modernisation du dispositif français, dans le sens de l’efficacité et d’un rayonnement renforcé de la France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 20/08/2015

Haut de page