Attentats de Paris (13 novembre 2015) [nl]

Un numéro d’urgence d’assistance aux familles et aux proches a été mis en place : 0 800 40 60 05 (accessible depuis la France)

Un numéro spécifique a été mis en place à l’attention de nos ressortissants à l’étranger : +33 (0)1 45 50 34 60.

JPEG

Les principales annonces du Président de la République

L’état d’urgence

Le Parlement sera saisi dès mercredi d’un projet de loi prolongeant l’état d’urgence pour trois mois.

Réforme de la Constitution

Le recours à l’article 16 et l’article 36 de la Constitution ne sont pas adaptés à notre situation. Cette guerre d’un autre type face à un adversaire nouveau appelle un régime constitutionnel d’état de crise, afin de permettre aux pouvoirs publics d’agir, conformément à l’état de droit, contre le terrorisme de guerre.

Le comité présidé par Edouard BALLADUR en 2007, suggérait de modifier l’article 36 de notre Constitution pour y faire figurer tant l’état de siège que l’état d’urgence. Sa proposition renvoyait à une loi organique le soin de préciser les conditions d’utilisation de ces régimes.

Cette orientation doit être reprise pour disposer d’un outil approprié pour fonder la prise de mesures exceptionnelles pour une certaine durée sans recourir à l’état d’urgence et sans compromettre l’exercice des libertés publiques.

Chantier législatif

Le Gouvernement engagera, sans délai, un important chantier législatif permettant :

- de déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou un acte de terrorisme, même s’il est né Français, dès lors qu’il bénéficie d’une autre nationalité ;
- d’interdire à un binational de revenir sur notre territoire, s’il représente un risque terroriste, sauf à ce qu’il se soumette à un dispositif de contrôle draconien ;
- d’expulser plus rapidement les étrangers qui représentent une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public et la sécurité de la Nation dans le respect de nos engagements internationaux.
- aux services d’enquête et aux magistrats antiterroristes de pouvoir recourir, dans le cadre de la procédure judiciaire, à tout l’éventail des techniques de renseignement offertes par la loi sur le renseignement ;
- à la procédure pénale de prendre en compte, de la manière la plus étroite possible, la spécificité de la menace terroriste ;
- aux enquêteurs et aux magistrats d’avoir plus largement accès aux moyens d’enquêtes les plus sophistiqués, pour lutter contre les trafics d’armes et d’alourdir les peines associées ;
- d’approfondir l’examen de la question de la légitime défense des policiers et des conditions dans lesquelles ils peuvent faire usage de leurs armes.

Le texte intégral de l’intervention du Président de la République devant le congrès

Augmentation des moyens des forces de sécurité et des armées

Le président a demandé au Gouvernement d’augmenter les postes indispensables à l’action à conduire :

- 5 000 emplois seront créés d’ici 2 ans dans la police et la gendarmerie qui bénéficieront aux services de lutte contre le terrorisme, à la police aux frontières et à la sécurisation générale du pays. Cela portera le total des créations d’emploi de sécurité à 10 000 durant le quinquennat, soit le niveau de 2007 ;
- le Ministère de la justice disposera de 2 500 postes supplémentaires ;
- 1 000 créations d’emplois bénéficieront à l’administration des douanes ;
- la réduction des effectifs du Ministère de la défense sera interrompue.

Déclaration des Chefs d’État ou de Gouvernement de l’Union européenne et des dirigeants de ses institutions au sujet des attaques terroristes de Paris (14 novembre 2015)

L’Union Européenne est profondément choquée et en deuil après les attaques terroristes de Paris. Il s’agit d’une attaque contre nous tous. Nous ferons face à cette menace ensemble, avec tous les moyens nécessaires et une détermination sans faille.

La France est une grande et forte nation. Ses valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité ont inspiré et continuent d’inspirer l’Union Européenne. Aujourd’hui nous sommes unis avec le peuple français et le gouvernement de la France. Cet acte terroriste méprisable atteindra l’objectif inverse de celui qui était recherché et qui était de diviser, de faire peur et de semer la haine.

Le bien est plus fort que le mal. Tout ce qui peut être fait au niveau européen pour assurer la sécurité de la France sera fait. Nous ferons ce qui est nécessaire pour vaincre l’extrémisme, le terrorisme et la haine.

Nous, les Européens, nous nous souviendrons tous du 13 novembre 2015 comme d’un jour de deuil européen. Tous les Européens sont invités à se joindre à une minute de silence en mémoire des victimes à midi le lundi 16 novembre.

Déclaration à l’issue du Conseil de défense (14 novembre 2015)

Après les attaques à Paris, le président François Hollande s’est exprimé à l’issue du Conseil de défense ce matin.


Déclaration à l'issue du Conseil de défense door elysee

Mes chers compatriotes,

Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint-Denis près du Stade de France est un acte de guerre et face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. C’est un acte de guerre qui a été commis par une armée terroriste, Daech, une armée djihadiste, contre la France, contre les valeurs que nous défendons partout dans le monde, contre ce que nous sommes : un pays libre qui parle à l’ensemble de la planète. C’est un acte de guerre qui a été préparé, organisé, planifié de l’extérieur, et avec des complicités intérieures que l’enquête permettra d’établir. C’est un acte d’une barbarie absolue : à cet instant 127 morts et de nombreux blessés. Les familles sont dans le chagrin, la détresse, le pays est dans la peine.

J’ai pris un décret pour proclamer le deuil national pour trois jours. Toutes les mesures pour protéger nos concitoyens et notre territoire sont prises dans le cadre de l’état d’urgence. Les forces de sécurité intérieures et l’armée - auxquelles je rends hommage, notamment pour l’action qui s’est produite hier et qui a permis de neutraliser les terroristes - l’armée et les forces de sécurité intérieure donc sont mobilisées au plus haut niveau de leurs possibilités. J’ai veillé à ce que tous les dispositifs soient renforcés à l’échelle maximale : des militaires patrouilleront en plein Paris tout au long de ces prochains jours. La France parce qu’elle a été agressée lâchement, honteusement, violemment, la France sera impitoyable à l’égard des barbares de Daech. Elle agira, dans le cadre du droit, avec tous les moyens qui conviennent et sur tous les terrains, intérieurs comme extérieurs, en concertation avec nos alliés qui eux-mêmes sont visés par cette menace terroriste. Dans cette période si douloureuse, si grave, si décisive pour notre pays, j’en appelle à l’unité, au rassemblement, au sang-froid et je m’adresserai au Parlement réuni en congrès à Versailles lundi pour rassembler la Nation dans cette épreuve. La France est forte et même si elle peut être blessée elle se lève toujours et rien ne pourra l’atteindre même si le chagrin nous assaille. La France elle est solide, elle est active, la France elle est vaillante et elle triomphera de la barbarie ; l’histoire nous le rappelle et la force que nous sommes capable aujourd’hui de mobiliser nous en convainc.

Mes chers compatriotes, ce que nous défendons c’est notre patrie, mais c’est bien plus que cela. Ce sont les valeurs d’humanité et la France saura prendre ses responsabilités et je vous appelle à cette unité indispensable.

Vive la République et vive la France.

Déclaration de Laurent Fabius (Vienne)

Q - Que pouvez-vous nous dire sur cette terrible attaque ?

R- Moi je suis ici à Vienne et c’est d’autant plus important d’être ici qu’il faut que tous ceux qui luttent contre le terrorisme international se rassemblent. C’est l’un des objets principaux de notre rencontre d’aujourd’hui puis qu’avec avec tous les pays qui sont là, notre objet c’est comment peut-on lutter plus efficacement contre Daech en Syrie et en Irak avec les conséquences bien sûr que ça a dans le monde entier. Donc il fallait que je sois là. Le président m’a demandé de venir et évidement je suis en liaison permanente avec à la fois le conseil de défense qui se tient ce matin et avec ce qui se fait en France même, et puis j’ai donné des instructions pour que dans l’ensemble de nos postes diplomatiques et de nos institutions dans le monde entier la sécurité soit renforcée.

Q- Le président américain Barack Obama a proposé son aide à la France. Est-ce-que la France pourrait demander de l’aide à un pays étranger ? Quelle forme ça pourrait prendre ?

R- Il y a une solidarité considérable qui s’exprime à travers le monde. J’ai reçu des dizaines et des dizaines de messages de soutien de la part des gouvernement étrangers, pas seulement les Américains bien sûr, mais l’ensemble des gouvernements. Mais le gouvernement français est bien sûr à sa tâche, des mesures sont prises, et puis il faut développer encore la coordination dans la lutte contre le terrorisme, dans la lutte internationale contre le terrorisme, puisque c’est un mouvement international et c’est la raison pour laquelle la réunion d’aujourd’hui est nécessaire.

Q- Le président Rohani annule sa venue en France. Est-ce-que la COP 21 est menacée ?

R- Non, non, non, non, non, la COP21 doit se tenir. Elle se tiendra avec des mesures de sécurité renforcées mais c’est une action absolument indispensable contre le dérèglement climatique et bien évidement elle se tiendra.

Q - inaudible

Et l’un des objets de la réunion d’aujourd’hui à Vienne, c’est précisément de voir concrètement comment nous pouvons accentuer encore la coordination internationale dans la lutte contre Deach. Et, évidemment, c’est à mettre en relation avec tout ce qui se passe dans le monde. Donc, il était important que je sois ici. J’ai réuni un certain nombre de participants, je vais maintenant me rendre à la réunion plénière, et je reviendrai dans après-midi à Paris et demain je remplacerai le président de la République, qui évidemment doit rester en France, je le remplacerai pour la participation de la France au G20 en Turquie.

L’action internationale de la France continue et elle est assurée.

Déclaration à la suite des attaques à Paris

Les forces de sécurité ont été une fois encore appelées à intervenir dans des conditions extrêmement difficiles et les terroristes qui s’étaient installés notamment dans un lieu tout près d’ici, ont été tués.

Je veux aussi dire notre admiration à l’égard de tous ces services - médecins, pompiers, protection civile - qui se sont dévoués tout au long de la nuit pour venir en aide. Il y a de nombreux blessés, des blessés graves, des blessés choqués, choqués par ce qu’ils ont vu.

Alors nous voulions être là, parmi tous ceux qui ont vu ces choses atroces pour dire que nous allons mener le combat, il sera impitoyable, parce que quand les terroristes sont capables de faire de telles atrocités, ils doivent être certains qu’il y aura en face d’eux une France déterminée, une France unie, une France rassemblée et une France qui ne se laissera pas impressionner, même si aujourd’hui, elle exprime une émotion infinie à l’égard de ce drame et de cette tragédie qui est une abomination, parce que c’est une barbarie.

Merci.

Communiqué de l’Elysée

Le Conseil des ministres, convoqué par le Président de la République, s’est réuni le 14 novembre à 00h. Sur le rapport du Premier ministre, du ministre de l’Intérieur et de la Garde des sceaux, ministre de la justice, un décret déclarant l’Etat d’urgence a été adopté. Il prend effet immédiatement sur l’ensemble du territoire métropolitain et en Corse. Il permet notamment d’interdire la circulation des personnes et d’instituer des zones de protection et de sécurité.

Un second décret a également été adopté pour mettre en œuvre des mesures renforcées dans l’ensemble des communes d’Ile-de-France. Ces dispositions permettent l’assignation à résidence de toute personne dont l’activité est dangereuse, la fermeture provisoire des salles de spectacles et des lieux de réunion, la remise des armes et la possibilité de procéder à des perquisitions administratives.

Par ailleurs, le Président de la République a décidé le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières. Les services des douanes sont également mobilisés à cet effet.

Les écoles, lycées et établissements scolaires et universitaires seront fermés ce samedi en Ile-de-France et les voyages scolaires annulés.

Les hôpitaux ont été mobilisés. Le plan blanc a été déclenché.

La cellule d’aide aux victimes des ministères des affaires étrangères, de la justice et de la santé, en lien avec la Préfecture de police, a été activée.

Un conseil de défense a été convoqué ce samedi à 9h. D’ores et déjà 1500 militaires supplémentaires ont été mobilisés.

Le Président de la République restera à Paris et ne participera pas au G20. Il sera représenté par le ministre des affaires étrangères et du développement international et par le ministre des finances et des comptes publics.


Déclaration à la suite des attaques à Paris door elysee

Informations aux voyageurs (14 novembre 2015)

Contrôles aux frontières : le Président de la République a décidé d’instaurer immédiatement des contrôles systématiques aux points d’entrée sur le territoire national.

Ces contrôles sont effectués aux points de passage routiers, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires.

Les aéroports continuent de fonctionner.

Les liaisons aériennes et ferroviaires sont assurées.

Dernière modification : 19/11/2015

Haut de page